Kering publie le rapport final sur ses Objectifs de développement durable 2012-2016

Kering publie le rapport final sur ses Objectifs de développement durable  2012-2016

∞ Kering reste fidèle à sa démarche de transparence, après la publication de son rapport de progrès en mai 2014 
∞ Le rapport final met en lumière les progrès effectués et les défis à relever par Kering et par l’industrie du luxe
∞ Kering organise un « Live Chat » vidéo avec Marie-Claire Daveu aujourd’hui 3 mai, à 11h00 CET 

Quatre ans après s’être engagé à atteindre une série d’Objectifs de Développement Durable pour 2016, Kering publie aujourd’hui un rapport final détaillant les progrès effectués et les résultats liés à ces objectifs ambitieux. Le rapport met aussi en lumière la logique motivant cette démarche, les principaux projets de développement durable et les innovations lancés dans les marques du Groupe entre 2012 et 20161, ainsi que les défis que Kering – et plus largement l’industrie du luxe - ont à relever dans leurs chaînes d’approvisionnement. Les Objectifs de Développement Durable, tout comme le Compte de Résultat Environnemental (EP&L)2 novateur mis en place chez Kering, sont essentiels à la stratégie de développement durable du Groupe. Les Objectifs avaient été définis en 2012 dans le but de guider Kering dans sa démarche d’orienter ses actions et de mesurer les progrès réalisés par rapport à son engagement vers un business model plus durable. Ces Objectifs portaient sur des domaines clés pour Kering, susceptibles d’avoir un impact environnemental et social sur son activité et ses chaînes d’approvisionnement. Ainsi, Kering avait choisi de ne pas se limiter à l’approche traditionnelle adoptée par la plupart des entreprises - qui mesurent et rendent compte des résultats uniquement dans le périmètre de leurs propres opérations - mais d’étendre ses Objectifs de développement durable à l’ensemble de ses chaînes d’approvisionnement, et plus particulièrement à la sélection des matières premières. Outre les engagements pris sur les matières premières stratégiques, ces Objectifs portent sur la réduction des émissions de CO2, de la consommation d’eau et de la production de déchets, ainsi que sur l’élimination progressive des substances chimiques dangereuses et sur une meilleure gestion des fournisseurs clés du Groupe. 

« Les Objectifs que nous nous sommes fixés en 2012 nous ont aidés à structurer des approches solides et responsables afin de relever les défis majeurs auxquels nous faisons face, au cœur de notre activité et au-delà, comme celui du changement climatique. Nous avons désormais intégré ces approches dans notre fonctionnement, et je suis convaincu que cette démarche a également contribué à poser, pour l’ensemble du Groupe, les fondations essentielles, nous permettant d’aller encore plus loin à l’avenir. » explique François-Henri Pinault, Président-Directeur général de Kering. « Nous redoublerons d’efforts pour accélérer le changement au sein de nos propres marques et dans l’ensemble de notre secteur, notamment grâce à notre volonté de partager nos avancées avec les autres acteurs. »

Entre 2012 et 2016, le Groupe a fortement progressé vers ses Objectifs de Développement Durable. Une progression conditionnée à la fois par des défis spécifiques à ces objectifs, par la mise en place d’approches sur mesure pour relever ces défis, ainsi que par le temps nécessaire pour leur application progressive et stratégique.

Quelques faits et chiffres clés :
∞ Pour le cuir, grâce à l’analyse EP&L, une plus grande précision dans la traçabilité et la sélection de fournisseurs dans les systèmes de production basés dans l’Union européenne nous permet de nous approvisionner en cuirs de très grande qualité dotés d’une empreinte écologique réduite. Un chiffre clé : l’objectif « cuir bovin de luxe » a été atteint à 91 %.
∞ Pour le papier et les emballages, notre objectif est atteint à 81 % (à 85 % pour le papier seul), preuve que les exigences du luxe sont compatibles avec des solutions plus durables.
∞ Pour le PVC, notre objectif atteint à 99 % démontre qu’il est possible d’intégrer davantage de matières plastiques plus durables dans notre activité.
∞ Pour nos objectifs liés à notre performance environnementale (CO2, déchets, eau), nous nous sommes concentrés sur l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement, puisque, comme l’avait montré notre analyse EP&L, 93 % des impacts de notre activité y étaient liés. Ainsi, nous avons réussi à diminuer nos émissions de carbone de 11 %, notre production de déchets de 16 % et notre consommation d’eau de 19 %, atteignant nos objectifs respectivement à 44 %, 64 % et 76 %.
∞ Pour les peaux précieuses et les fourrures, une traçabilité plus précise et une collaboration plus étroite avec nos fournisseurs, associées à un respect des bonnes pratiques et des normes, nous ont permis de progresser fortement. Nous affichons de très bons taux de réussite pour cet objectif - atteint par exemple à 91 % dans le cas des crocodiliens.

Quelques enseignements clés :
∞ L’analyse EP&L nous a permis de comprendre que, pour mettre en place un business model plus durable, il était nécessaire d’aller au-delà de nos objectifs initialement fixés, et de prendre en compte davantage de matières premières comme le cachemire, la laine, la soie et le coton.
∞ Il est indispensable d’élaborer un cadre général interne et des business models innovants, dans le but d’accompagner la mise en place de processus de production plus durables et de réorganiser les chaînes d’approvisionnement. Ainsi, nous avons lancé le Materials Innovation Lab pour développer des tissus durables, et le Kering Ethical Gold Framework pour une sélection et une traçabilité de l’or plus responsables.
∞ La mise en place de partenariats novateurs est essentielle pour établir des normes et des solutions crédibles - et appuyées sur des connaissances reconnues - pour sélectionner des matières premières de façon plus durable, comme par exemple dans le cas du Partenariat pour la Préservation des Pythons.
∞ La traçabilité et la transparence tout au long de la chaîne d’approvisionnement sont cruciales afin de comprendre nos impacts et d’encourager des approches plus durables, comme dans nos chaînes d’approvisionnement en cuir.
∞ La poursuite de nos objectifs nécessite de revoir en profondeur les processus d’approvisionnement, notamment dans les secteurs agricoles et minéraux, où l’action isolée de notre Groupe peut se révéler limitée. La collaboration entre les secteurs est essentielle pour améliorer les normes et les pratiques.
∞ La mise en place et le maintien des normes les plus exigeantes tout au long de nos chaînes d’approvisionnement ne se limitent pas à conduire des audits : il s’agit également de nouer des relations étroites avec nos fournisseurs et de collaborer avec des acteurs de l’industrie capables d’informer nos fournisseurs et de les accompagner dans le respect de ces normes.

Kering annoncera fin 2016 la prochaine phase de sa stratégie de développement durable, comprenant une nouvelle définition d’Objectifs.

« Nous nous étions donné des Objectifs de Développement Durable que l’on peut considérer comme audacieux et ambitieux pour notre secteur. Les efforts que nous avons déployés pour les atteindre n’ont pas été sans difficultés », déclare Marie-Claire Daveu, Directrice du développement durable et des Affaires institutionnelles internationales de Kering. « Nous avons lancé et développé de nombreuses initiatives, allant de la sélection des matières premières jusqu’à nos boutiques. Au travers de notre démarche de progrès, nous avons catalysé des processus et des business models novateurs, permettant d’ancrer profondément le développement durable dans toutes nos chaînes d’approvisionnement. J’aborde cette prochaine étape de notre stratégie avec enthousiasme : nous l’élaborons - notamment pour la redéfinition de nos nouveaux Objectifs - en nous appuyant sur ce que nous avons déjà accompli. » Pour consulter l’ensemble de nos résultats, cliquez ici pour télécharger le rapport « Beyond our Limits: Kering Sustainability Targets ».

 

Pour consulter l’ensemble de nos résultats,  cliquez ici pour télécharger le rapport « Beyond our Limits: Kering Sustainability Target » 

1 Les résultats publiés liés aux Objectifs de développement durable se basent sur des données à fin 2015 
2 Un EP&L analyse l'ensemble des impacts environnementaux engendrés par une entreprise, dans ses propres opérations et tout au long de sa chaîne d'approvisionnement, puis établit une estimation du coût pour la société des changements environnementaux résultant de ces activités.

Télécharger le communiqué (.pdf 201.77 Ko)