London College of Fashion, Centre for Sustainable Fashion, East End de Londres, Frances Corner, Dilys Williams

Cap à l'Est

Vers de nouveaux horizons pour le London College of Fashion

Le London College of Fashion s’apprête, d’ici cinq ans, à rejoindre dans l’Est de Londres le Victoria & Albert Museum, le ballet de Sadler's Wells et le University College London. L’occasion pour la plus grande école de mode d’Europe de regrouper dans un même endroit l’ensemble de ses étudiants, mais aussi de renforcer les interactions entre mode et innovation et de tisser de nouveaux partenariats.

Le partenariat entre ces quatre institutions d’envergure mondiale va rendre possible des activités de recherche avant-gardistes, et favoriser des interactions stimulantes entre mode et nouvelles technologies.

La musique est forte, les murs sont nus et les canalisations apparentes. Mais les mannequins aux poches verticales oversize ne manquent pas de charisme. Certaines pièces élégantes font appel à tous les sens alors que d’autres s’associent à des chapeaux en skaï thermoformés, donnant l’impression que le modèle est à la foi aveuglé par le vent et gelé. Une tenue s’inspire de « la beauté de la laideur » pendant qu'ailleurs, des masques moulés empêchent ceux qui les portent de voir au travers. Les bijoux sont élégants et naturels, sans paraître douloureux à porter. Et voilà soudain un mannequin homme qui nous dégaine sa braguette...

Un délire onirique ? Non : tout ceci est bien réel et se déroule dans une usine désaffectée du quartier de Shoreditch, dans l’East End de Londres, un quartier autrefois ouvrier et déshérité qui connait une nouvelle jeunesse depuis la dernière décennie. En plus de faire la preuve de l’incroyable inventivité des étudiants, le défilé des diplômés du London College of Fashion (LCF) atteste de la diversité des 30 cursus proposés sur tous les aspects de la mode, de la création à la production. Il y est ainsi possible de décrocher un diplôme en science cosmétique, en coiffure et maquillage appliqués à la mode ou encore en prothèses pour défilés. Vous préférez étudier les relations publiques, le stylisme ou la photographie de mode ? Au LCF c'est aussi possible.

Frances Corner, Directrice du London College of Fashion, insiste sur la richesse et l’étendue de la pédagogie et de la recherche proposées au LCF : « Nous avons par exemple un module de patronage sur quatre ans : nous ne nous cantonnons pas à la création ».

Ouvrir de nouvelles perspectives

Raison de plus pour préserver et consolider un patrimoine aussi varié. La directrice a justement annoncé récemment le déménagement du LCF actuellement situé sur Oxford Street et dans cinq autres adresses vers l'ancien site des Jeux olympiques 2012, dans l’Est londonien. Une opération d’ampleur qui permettra de réunir pour la première fois dans l’histoire centenaire de l’école les 5 500 élèves du LCF, dont une majorité de jeunes femmes, ainsi que l’ensemble des personnels. En donnant naissance à cette plateforme éducative de 32 000 m2 dédiée à l’industrie mondiale de la mode – 40 % des étudiants viennent de l’étranger – l’institution se rapprochera du cœur historique de l'industrie du textile à Londres : l’East End.

London College of Fashion, Centre for Sustainable Fashion, East End de Londres, Frances Corner, Dilys Williams

Et ce n’est pas tout : le nouveau campus accueillera également 11 centres de recherche parmi lesquels le Centre for Sustainable Fashion et un pôle dédié à l’innovation, mais aussi des incubateurs de start-up et un programme d’expositions ouvertes au public.

Nigel Carrington, Vice-chancelier de la University of the Arts (qui réunit le LCF, la fameuse école de mode Central Saint Martins et quatre autres écoles d’arts), se réjouit de cette évolution : « La recherche émerge toujours plus à la lisière de l’art et de la science. Le partenariat entre ces quatre institutions d’envergure mondiale [l'University of Arts de Lodnres, le Victoria & Albert Museum, l'University College de Londres, et le théâtre Sadler's Wells] va rendre possible des activités de recherche avant-gardistes, et favoriser des interactions stimulantes entre mode et nouvelles technologies. »

Un sens de l’espace

A l'évidence, l’école avait besoin d’espace pour regrouper ses départements et s’agrandir, mais pourquoi avoir choisi le parc olympique de Stratford, à proximité du centre aquatique dessiné par l'architecte Zaha Hadid ? Pour Frances Corner, East London est sans conteste une place de choix pour exercer une influence sur l’avenir de la mode, pas seulement dans la capitale britannique mais dans tout le Royaume-Uni et à l’international.

London College of Fashion, Centre for Sustainable Fashion, East End de Londres, Frances Corner, Dilys Williams

Car ce déménagement fait écho au patrimoine textile de l’East End et le nouveau site a aussi pour ambition de soutenir la dynamique économique de ce quartier de Londres. De fait, ces dix dernières années, le secteur de la mode a renforcé sa présence à East London. Le quartier d’Hackney a ainsi vu la création d'une plateforme de vente au détail et de création, plébiscitée par des marques comme Christopher Kane.

Les autres programmes comprennent un Centre d’entreprises sociales, qui s'annonce comme « le plus grand incubateur d’entreprises de mode du Royaume-Uni ».

Dès septembre, le LCF a également mis en place une Plateforme globale d’innovation sur le handicap – le GDHub, dans le cadre du programme global de l’université, baptisé Better Lives, qui s’appuie sur la mode pour encourager un changement positif de nos modes de vie.

Un autre partenariat conclu entre l’administration locale et l’unité de fabrication textile de l’école proposera emplois et formations aux habitants du quartier ainsi qu’aux anciennes détenues de la prison de Downview, avec à la clef l'obtention d'un diplôme.

London College of Fashion, Centre for Sustainable Fashion, East End de Londres, Frances Corner, Dilys Williams

Une première pierre

Allies and Morrison, le cabinet d’architectes en charge du projet, voit le nouveau site du LCF comme « l’usine de production créative du XXIe siècle. »

Le projet est d’ores et déjà sur les rails et la construction devrait démarrer en 2018. La première tranche s’achèvera en 2019 et le reste en 2021, date à laquelle les mannequins pourront déambuler à nouveau sur le podium vêtus des nouvelles créations des étudiants – sans nul doute aussi audacieuses et inventives que celles de cette année.

Laissons le mot de la fin à Frances Corner : « Réunir nos disciplines et nos différents sites nous offre un espace pour explorer ce que sera la mode des cent prochaines années. C’est précisément notre rôle, en tant qu’acteur majeur de l’enseignement d’un domaine aussi spécialisé que celui de la mode ».

 

En savoir plus :
Communiqué de presse : Kering et le London College of Fashion accueillent Kelly Slater au Kering Talk annuel sur la mode durable
4Fashion, the blog of the University of Arts London
Better lives, London College of Fashion