Kering Sundance

Les femmes de Sundance à rude école

Survivre et réussir au cinéma quand on est une réalisatrice...

Le programme d’accompagnement Women at Sundance aide les réalisatrices de talent à surmonter les obstacles auxquels elles se heurtent pour faire carrière dans le cinéma, un secteur réputé pour sa rudesse et son sexisme. À l’occasion du Sundance Film Festival, trois des bénéficiaires du programme se sont livrées en toute sincérité.

Dans la lignée de son initiative Women in Motion, lancée en partenariat avec le Festival de Cannes, Kering a entamé début 2016 une collaboration avec le programme d’accompagnement Women at Sundance. Celui-ci fait écho à l’ambition globale de Women at Sundance : augmenter le nombre de réalisatrices pour atteindre l’égalité femmes-hommes.

Si les six femmes sélectionnées pour le programme en sont à des stades différents de développement de leur carrière, toutes ont un point commun : leur désir d’exprimer leur potentiel et de construire une carrière pérenne dans un environnement très concurrentiel.

L’aide apportée prévoit des bourses pour prendre part au Festival, dans le cadre duquel les lauréates commencent par travailler avec les équipes de Sundance à définir des objectifs clairs et réalistes pour cette année d’accompagnement. Chacune est mise en relation avec un ponte du secteur qui lui sert de mentor, ainsi qu’avec un coach de vie personnelle et professionnelle qui la guide dans son évolution tout au long de l’année.

Parmi les opportunités de réseau et d’apprentissage, un cours intensif en financement et stratégie permet d’acquérir la confiance et l’expertise pour rechercher, négocier, structurer et conclure des accords financiers. Une bourse artistique de 10 000 dollars US soutient en outre chaque bénéficiaire tandis qu’elle peaufine ses compétences, cherche de nouvelles opportunités et navigue à travers un paysage médiatique en constante évolution.

Rebecca Green, Programme d’accompagnement de Kering « Women at Sundance », Sundance Film Festival

REBECCA GREEN a décroché sa licence en arts à la School of the Arts de l’université de Caroline du Nord. Elle est membre du comité de pilotage des anciens élèves de l’école.

Avec sa partenaire Laura Smith, elles ont lancé leur société de production Two Flints pour produire des récits dérangeants adressés au grand public. Leurs deux films présentés à Sundance en 2015 sont devenus les deux plus gros succès indépendants du box-office en 2016. Leur film d’horreur It Follows a été présenté en avant-première au festival de Cannes en 2014, il est ensuite passé par Toronto et Sundance, et a engrangé 15 millions de dollars au box-office américain, tandis que I’ll See You in My Dreams a dégagé 7,5 millions de dollars.

Qu’avez-vous ressenti en apprenant que vous étiez sélectionnée ?
J'étais surprise. À Sundance, les réalisateurs présentent des degrés d’expérience variés, et pour ma part j’ai déja pas mal d’expérience. En outre, il est rare d’être ainsi sous les feux des projecteurs, c’est un traitement généralement réservé aux hommes et aux stars. Et puis il y a très peu d’élues : seules six réalisatrices sont sélectionnées, c’est une immense faveur !

Que pensez-vous de cette idée d’avoir un coach de vie ?
C’est très intéressant. A titre personnel, je prend plaisir à aider les producteurs comme je l’ai fait dans le cadre du Sundance Producer Lab. Aujourd’hui, j’aimerais montrer moi aussi l’exemple de manière durable.

Qu’avez-vous fait des 10 000 dollars que vous avez reçus ?
Produire des films indépendants ne rapporte rien : cet argent est un filet de sécurité. L’année dernière, Mary Jane Skalski, que j’ai rencontrée au Sundance Lab, enseignait à Wayne State et m’a sponsorisée en me laissant occuper son poste pendant un an. Aujourd’hui, j’ai deux films en post-production : le documentaire 44 Pages, qui célèbre le 70e anniversaire du magazine pour enfants Highlights et une fiction, And Then I Go, qui met en scène deux garçons pris dans une fusillade dans leur école.

Laurens Grant, Programme d’accompagnement de Kering « Women at Sundance », Sundance Film Festival

Trois films en avant-première à Sundance, trois Emmy Awards ainsi qu’un Peabody award…  LAURENS GRANT a réalisé dernièrement pour BET le documentaire Stay Woke: The Black Lives Matter Movement. Après avoir produit deux films de Stanley Nelson, elle a également réalisé le documentaire primé Jesse Owens.

Que conseillez-vous aux femmes qui veulent faire carrière dans le cinéma ?
Les places sont chères. Nous vivons une époque difficile, mais les moments difficiles font souvent naître quelque chose de grand, l’heure est donc venue pour les jeunes pleines d’énergie d’utiliser les outils qu’elles connaissent. Les nouveaux médias sont essentiels : à l’heure actuelle vous pouvez décider ce dont vous souhaitez parler et comment.

Une femme dans une réunion, c’est un agacement, deux, c’est un test et trois, c’est déjà un mouvement.

N’oublions pas que les femmes représentent la moitié de la planète ! Nous avons beau le savoir, nous avons tendance à l’oublier parce que, ainsi que nous l’a rappelé aujourd’hui l’actrice Kerry Washington lors du Women’s Brunch : une femme dans une réunion, c’est un agacement, deux, c’est un test et trois, c’est déjà un mouvement.

Si vous souhaitez faire carrière dans le cinéma, mon conseil est de vous accrocher. Sur 1 000 non, il y a un oui : il faut savoir le saisir.

Qu’avez-vous ressenti en apprenant que vous étiez sélectionnée ?
Être sélectionnée est une grande chance : cela offre un soutien moral et financier. La journaliste et philanthrope Ruth Anne Harnisch nous a dit hier que le moment est venu de nous montrer audacieuses et, pour cela, le soutien est essentiel. À mes yeux, être audacieuse, c’est mettre en lumière des héroïnes méconnues.

À mes yeux, être audacieuse, c’est mettre en lumière des héroïnes méconnues.

Comment toucher les femmes ?
Par la communauté, en faisant appel aux réseaux sociaux, en nous mettant au défi les unes les autres, en nous recrutant mutuellement, en sollicitant aide et conseil. Et bien entendu en reprenant les codes des films commerciaux traditionnels : ils ne sont pas toujours inclusifs. Que Les Figures de l’ombre, film sur des mathématiciennes noires, puisse faire plus d’entrées que Star Wars nous rappelle ce qu’il est possible d’accomplir. Certes, le film a bénéficié d’une formidable campagne marketing. La faiblesse du marketing est d’ailleurs souvent un des obstacles pour attirer l’attention.

Qu’est-ce que les 10 000 dollars et le coach de vie signifient à vos yeux ?
10 000 dollars est un don précieux pour survivre. Je suis en plein développement d’une mini-série. Je peux utiliser ce financement et cette aide. Je vais aussi apprendre les questions à poser pour exploiter pleinement cette opportunité et faire des films qui disent aux gens : « Vous n’êtes pas seuls, vous n’avez pas à souffrir en silence. »

Elizabeth Wood, Programme d’accompagnement de Kering « Women at Sundance », Sundance Film Festival

ELIZABETH WOOD a écrit et réalisé White Girl, film projeté en avant-première au Sundance Film Festival en 2016 et qui a suscité la controverse pour son exploration frontale de la sexualité féminine, du privilège blanc et des inégalités raciales. Le film a été acheté à Sundance par Netflix, et projeté dans les salles en Amérique.

Tout en obtenant un MFA du programme cinéma de l’université de Columbia, elle a décroché une bourse de scénario. Elle développe à l’heure actuelle plusieurs projets pour des écrans et médias de toutes sortes, notamment un long-métrage et une émission télé : elle a trois projets en développement.

Qu’avez-vous ressenti en apprenant que vous étiez sélectionnée ?
Le soutien est venu de nulle part et cela me booste énormément. Je suis très heureuse de rejoindre une communauté de femmes embarquées pour un voyage similaire. Et j’ai la chance de bénéficier d’un coach de vie pour un an, je vais pouvoir décider comment tirer au mieux profit de ses conseils, si nous devons nous rencontrer toutes les semaines, une semaine sur deux, etc.

Comment allez-vous utiliser les 10 000 dollars ?
Je vais louer un bureau pour sortir de chez moi, où il y a deux hommes et un enfant !

 

En savoir plus :
Kering et Sundance