Développement Durable

Phase 2 : Réduire

Lorsque les impacts sont inévitables, Kering et ses Maisons déploient tous leurs efforts pour réduire les plus négatifs d’entre eux. Le Groupe adopte une démarche à 360°, appliquée tant aux décisions opérationnelles courantes qu’aux pratiques d'approvisionnement qui réduisent la durée, l’intensité et/ou la portée de ces impacts.

Phase 2 Réduire
Les engagements de Kering


•    Réduire les impacts sur la biodiversité découlant des politiques d’approvisionnement du Groupe, en garantissant que les Standards Kering relatifs aux matières premières et aux processus de fabrication sont respectés à 100 % d'ici 2025. Cela implique notamment de prioriser l'approvisionnement de coton biologique, dont l’impact environnemental est 80 % moins important que celui du coton classique. 


•    Réduire la dépendance du Groupe aux matières premières vierges en utilisant 50 % de matériaux circulaires dans les collections des Maisons d'ici 2025 (matériaux recyclés, par exemple).


•    Réduire la dépendance aux matières premières vierges en privilégiant les textiles et procédés innovants et en investissant dans des startups spécialisées dans la fabrication de matériaux alternatifs.


•    Atteindre l’objectif d’utiliser 100 % de cuir tanné sans métaux dans les collections des Maisons d’ici 2025.


De plus, comme détaillé dans la Stratégie de développement durable à horizon 2025, Kering vise réduire l’empreinte écologique totale du Groupe de 40 % d’ici 2025, dans l’ensemble de ses propres opérations et de sa chaîne d'approvisionnement, d'après les évaluations de l’EP&L. Kering s’engage également à réduire ses émissions de gaz à effet de serre contrôlées de 50 % d’ici 2025. Ces deux objectifs sont calculés sur la base des chiffres 2015. 

Phase 2 Réduire
Zoom sur un projet : réduire les impacts en respectant les Standards Kering


Afin de réduire ses impacts sur l’environnement, le Groupe a mis au point les Standards Kering relatifs aux matières premières et aux processus de fabrication qui s'appliquent à 16 catégories de matières premières. Ces Standards accessibles en open source sont la pierre angulaire des opérations clés portées par Kering. Ils sont utilisés par les Maisons et leurs fournisseurs pour garantir un sourcing aligné sur les meilleures pratiques, les sciences et les technologies existantes. En ce qui concerne la laine, par exemple, Kering soutient le Responsible Wool Standard (RWS) de l’organisation Textile Exchange qui exige des éleveurs d’ovins qu’ils minimisent leur impact écologique en instaurant des plans de gestion de la biodiversité (PGB).


Pour l’ensemble des matières premières, les fournisseurs doivent remplir un « minimum » d’obligations immédiates. Par exemple, dans le cas du cuir, cela signifie que les peaux doivent être achetées uniquement auprès de fournisseurs qui acceptent de dévoiler leur provenance. Les fournisseurs doivent également respecter des « conditions supplémentaires » à horizon 2025. Pour le cuir, notamment, cela induira une traçabilité totale jusqu’à la ferme d’origine, grâce à l’instauration des meilleurs standards pour l’environnement et le bien-être animal. Le Rapport d’étape développement durable publié récemment a montré que les exigences des Standards Kering sont déjà respectées à 68 %, et que le Groupe est sur la bonne voie pour atteindre son objectif de 100 % d’ici 2025.