Groupe

Women In Motion soutient la jeune photographie à l’occasion de KYOTOGRAPHIE 2021

Rendez-vous incontournable de la photographie, le festival KYOTOGRAPHIE se tient du 18 septembre au 17 octobre 2021 à Kyoto. En partenariat avec la Maison Européenne de la Photographie (MEP), Women In Motion soutient l’exposition « Women Artists from the MEP Studio: New perspectives in film and photography from France ». Avec cette collaboration, Kering réaffirme sa conviction que la création représente l’un des vecteurs de changement les plus puissants pour tendre vers toujours plus d’égalité.

Offrir une nouvelle vision de la photographie

Initié en 2013, le festival KYOTOGRAPHIE met en valeur la création photographique traditionnelle et contemporaine. Durant un mois, la ville antique de Kyoto accueille des artistes japonais et internationaux. Présentées en plusieurs lieux, les expositions investissent les bâtiments historiques comme les constructions à l’architecture moderne, faisant dialoguer passé et présent et révélant la dualité de l’ancienne capitale du Japon. KYOTOGRAPHIE incarne ainsi un festival aux multiples facettes, promouvant la photographie à la fois comme une forme d’expression artistique et comme un médium. 

 

 

Women In Motion, KYOTOGRAPHIE et la MEP


Pour la neuvième édition, KYOTOGRAPHIE a choisi le thème « écho » afin d’explorer comment les événements tragiques peuvent résonner différemment selon les situations personnelles de chaque individu. Dans ce cadre, Women In Motion soutient l’exposition « Women Artists from the MEP Studio: New perspectives in film and photography from France ». Conçue par Simon Baker, Directeur de la MEP, elle réunit les créations de cinq jeunes photographes françaises : Marguerite Bornhauser, Manon Lanjouère, Adèle Gratacos de Volder et le duo Nina Cholet et Clothilde Matta. 


Ces artistes révèlent toute la richesse, la diversité et l’originalité de la photographie émergente française. Leurs approches nouvelles témoignent également d’un art renouvelé, à la croisée de plusieurs genres et de disciplines, dont les images hybrides partagent un sens de la narration et une volonté de brouiller les frontières entre fiction et réalité. 


L’exposition est à découvrir du 18 septembre au 17 octobre 2021, à la galerie HOSOO, à Kyoto.

3 questions à Simon Baker, Directeur de la MEP

3 questions à Marguerite Bornhauser, Adèle Gratacos de Volder, Manon Lanjouère, Nina Cholet et Clothilde Matta

Marguerite Bornhauser

Marguerite Bornhauser est une photographe plasticienne née en 1989 vivant et travaillant à Paris. Son travail a fait l’objet de diverses expositions dans des musées, galeries et festivals dans le monde entier. Elle accompagne le plus souvent sa recherche photographique d’un travail éditorial. Elle collabore régulièrement avec la presse française et internationale en tant que photoreporter et portraitiste et travaille également en tant que photographe de mode.

Nina Cholet et Clothilde Matta

Collaborant depuis 2018, Nina Cholet et Clothilde Matta composent un duo autour de pratiques complémentaires : l’une est plasticienne-comédienne, l’autre est vidéaste-danseuse. Elles développent ainsi un travail transdisciplinaire à quatre mains qui associe installation, photographie, performance et vidéo dont les thèmes de prédilection sont le rapport au corps, le désir et la représentation du corps féminin.

Manon Lanjouère

Née en 1993, Manon Lanjouère vit et travaille à Paris. À travers ses œuvres, elle propose une constante réflexion sur le médium et sa sémantique, invitant le spectateur à s’interroger sur la véracité du médium photographique. Son travail a été exposé au sein de plusieurs festivals en France et en Europe, dont le Athens Photo Festival. Elle a d’ailleurs réalisé sa première exposition individuelle à la MEP, à Paris, en 2020.

Adèle Gratacos de Volder

Née en 1993, Adèle Gratacos de Volder vit et travaille à Bruxelles. Elle étudie à L'École nationale supérieure des arts visuels de La Cambre où elle étudie à la fois la sculpture et la vidéo. Suite à l’apprentissage d’une pratique multidisciplinaire, elle utilise alors dans ses œuvres la vidéo, la photographie, le son ainsi que le texte pour explorer la fragilité de l’intimité et fait du montage la clé de son approche artistique.

À propos de la Maison Européenne de la Photographie (MEP)


Situé dans le cœur historique de Paris, la MEP est un centre majeur pour la photographie contemporaine depuis 1996, qui a notamment pour mission de soutenir les talents émergents. En 2018, la MEP a créé le Studio, un espace dédié à la jeune création. Le Studio expose des artistes réalisant leur première exposition individuelle et dont l’engagement  contribue à la visibilité des jeunes photographes féminines.