Développement Durable
vendredi 8 janvier 2021

Impact environnemental de l’usage et de la fin de vie des produits : Kering publie ses premiers résultats

Kering s'est engagé à étendre le périmètre de son compte de résultat environnemental (Environmental Profit & Loss, ou Compte de Résultat Environnemental – EP&L) afin de mesurer l’impact de l’utilisation et de la fin de vie de ses produits, en couvrant l’ensemble de leur cycle de vie. En 2015, une étude pilote avait été menée sur le marché britannique, et après avoir publié un premier white paper sur le sujet en octobre 2019, Kering a lancé une étude internationale pour comprendre les comportements des consommateurs à l’égard des produits de luxe

De la production des matières premières à la distribution en boutique, l’objectif premier de l’EP&L est de mesurer et de quantifier l’impact environnemental de toutes les activités de Kering. Afin de mesurer et quantifier l'impact environnemental de l’utilisation et de la fin de vie des produits de luxe en particulier, Kering a lancé en octobre 2019 la première grande étude internationale visant à comprendre les comportements de plus de 3 000 consommateurs en France, au Royaume-Uni, en Italie, en Chine, aux États-Unis et au Japon. Fréquence d’utilisation, durée de vie, soin apporté au produit… Les participants ont répondu à un large panel de questions sur des produits représentatifs qu'ils avaient achetés.
 
Grâce à cette enquête basée sur la méthodologie EP&L, Kering a pu mesurer l’impact environnemental lié à l'utilisation et à la la fin de vie des produits de luxe, qui représente 8 % de l’impact environnemental total de l’ensemble du cycle de vie. Avec un score de 98 %, la phase d’utilisation affiche l'impact environnemental le plus important par rapport à la phase de fin de vie, un résultat principalement dû aux émissions de gaz à effet de serre.
 
Kering souhaite également analyser plus en détail les résultats de cette étude pilote afin d’identifier les principaux leviers d'impact. La mise en œuvre de mesures ciblées permettraient alors de réduire l’impact EP&L. Prenons l’exemple des produits de prêt-à-porter : l’impact environnemental de l'utilisation et de la fin de vie d’un produit représente 23 % de l'impact environnemental total de son cycle de vie (contre 8 % en moyenne dans toutes les autres catégories). Des actions ciblées telles qu’un programme de sensibilisation ou une communication spécifique sur les étiquettes d'entretien des produits permettraient aux consommateurs de prendre conscience que la manière dont ils entretiennent leurs articles contribue à leur impact environnemental.