Développement Durable
lundi 13 mai 2019

Kering publie des standards pour améliorer le bien-être animal dans le secteur du luxe et de la mode

Kering publie aujourd’hui ses standards en matière de bien-être animal, avec l’objectif d’assurer les meilleures conditions de traitement des animaux tout au long de la chaîne d’approvisionnement du Groupe.

Fidèle à ses engagements de partager ses bonnes pratiques en matière de développement durable, Kering publie aujourd’hui ses Standards sur le bien-être animal, avec l’objectif d’assurer les meilleures conditions de traitement des animaux tout au long de la chaîne d’approvisionnement du Groupe. Les Standards Kering sur le bien-être animal constituent le premier ensemble de critères traitant du bien-être animal dans le monde du luxe et de la mode, et visent notamment à faire évoluer les pratiques de l’ensemble du secteur.

 

« Améliorer le bien-être animal doit être un impératif pour notre secteur, et Kering souhaite élargir le sujet, au-delà de quelques espèces précises, à toutes les espèces, y compris le bétail, impliquées dans la chaîne d’approvisionnement », a déclaré Marie-Claire Daveu, Directrice du développement durable et des Affaires institutionnelles internationales de Kering. « Reflétant la vision de François-Henri Pinault, nos Standards s’inscrivent pleinement dans notre engagement et dans notre approche holistique du développement durable. Cela implique de mettre en œuvre les meilleures pratiques pour les animaux impliqués dans notre chaîne d’approvisionnement, pour la nature qui les entoure, et plus largement pour la préservation de la biodiversité. À terme, nous espérons que ces normes se généraliseront à travers notre collaboration avec les différents acteurs du secteur du luxe et de l’agro-alimentaire, dans les chaînes d’approvisionnement qu’ils partagent, pour opérer les changements nécessaires à l’amélioration du bien-être animal partout dans le monde. »

 

Les Standards Kering sur le bien-être animal couvrent toutes les espèces qui font partie des chaînes d’approvisionnement du Groupe dans le monde. Ce premier ensemble de normes publié aujourd’hui intègre des exigences détaillées concernant le traitement des bovins, des ovins et des caprins tout au long de leur vie, ainsi que des directives relatives aux abattoirs. Ces Standards sont le fruit de trois ans de collaboration avec des experts en bien-être animal, des agriculteurs et des éleveurs, des scientifiques et des ONG. Ils tiennent compte non seulement des dernières recherches scientifiques, mais également de la législation, des normes en vigueur, des meilleures pratiques de gestion et des recommandations provenant de différents secteurs. 

 

Les Standards Kering définissent un certain nombre d’exigences relatives au traitement des animaux qui contribueraient à améliorer significativement leur bien-être partout dans le monde s’ils étaient adoptés par l’ensemble du secteur. Les experts de Kering ont testé ces critères sur le terrain, avec des fermes dans différentes régions du monde, et continueront de travailler étroitement avec les éleveurs pour développer leur mise en œuvre. Les Standards se déclinent en trois niveaux – Bronze, Argent et Or – afin de fournir des indications claires sur les points-clés à respecter et d’inciter les fournisseurs du Groupe à s’améliorer de façon continue. Le niveau Bronze correspond au minimum requis, conforme - ou parfois supérieur - à la législation européenne. Les Standards Kering préconisent en effet notamment la généralisation à l’échelle internationale des bonnes pratiques mises en place au sein de l’Union européenne, ce qui représente déjà une amélioration notable dans de nombreux pays où la réglementation sur le bien-être animal est minimale, voire inexistante. Le niveau Or, le plus exigeant, définit les meilleures pratiques susceptibles de transformer fondamentalement le secteur. Certaines d’entre elles concernent par exemple : l’interdiction des parcs d’engraissement et de l’élevage intensif au profit du pâturage pour une meilleure qualité de vie des animaux ; la promotion de l’agriculture régénérative et de pratiques qui n’entrent pas en conflit avec l’alimentation des êtres humains, ce qui constitue un défi majeur compte tenu de la croissance démographique ; des restrictions strictes en matière de transport ; le bien-être des animaux de ferme ; et l’interdiction des traitements antibiotiques à effet sous-thérapeutique afin de lutter contre la résistance inutile aux antimicrobiens qui menace la santé humaine.
 

 

 

À propos de Kering 


Groupe de Luxe mondial, Kering regroupe et fait grandir un ensemble de Maisons emblématiques dans la Mode, la Maroquinerie, la Joaillerie et l’Horlogerie : Gucci, Saint Laurent, Bottega Veneta, Balenciaga, Alexander McQueen, Brioni, Boucheron, Pomellato, Dodo, Qeelin, Ulysse Nardin, Girard-Perregaux, ainsi que Kering Eyewear. En plaçant la création au cœur de sa stratégie, Kering permet à ses Maisons de repousser leurs limites en termes d’expression créative, tout en façonnant un Luxe durable et responsable. C’est le sens de notre signature : Empowering Imagination. En 2018, Kering comptait près de 35 000 collaborateurs et a réalisé un chiffre d’affaires de 13,7 milliards d’euros.

 

 

Contacts presse
Emmanuelle Picard-Deyme   + 33 (0)1 45 64 61 87     emmanuelle.picard-deyme@kering.com
Mich Ahern    + 44 (0) 7984 684 454   mich.ahern@gmail.com

 

 

www.kering.com
Twitter : @KeringGroup
LinkedIn : Kering 
Instagram : @kering_official 
YouTube : KeringGroup