Développement Durable

Bien-être animal

Pour Kering, améliorer le bien-être des animaux dans les chaînes de production de la mode et du luxe est un impératif. Au travers de ses Standards, mais aussi de projets menés sur le terrain ou encore en participant à des initiatives collectives, le Groupe œuvre à faire évoluer les pratiques au sein de sa chaîne d’approvisionnement comme du secteur en général.

Définir un cadre rigoureux

 

Afin d’assurer les meilleures conditions possibles pour le traitement des animaux tout au long de sa chaîne d’approvisionnement, Kering a publié en 2019 ses Standards sur le bien-être animal. Un document accessible à tous, dans la lignée de la volonté du Groupe de partager ses bonnes pratiques en matière de développement durable afin de faire évoluer l’ensemble du secteur.

 

Couvrant toutes les espèces présentes dans les chaînes d’approvisionnement du Groupe dans le monde, cet ensemble de normes intègre des exigences détaillées concernant le traitement des bovins, des ovins et des caprins tout au long de leur vie, ainsi que des directives relatives aux abattoirs. Ordonnés en trois niveaux – Bronze, Argent, Or –, les Standards fournissent des indications précises sur les points clés à respecter et poussent les fournisseurs du Groupe à s’améliorer de façon continue.  

Trois ans de collaboration avec des experts, des agriculteurs et des éleveurs, des scientifiques et des ONG ont été nécessaires pour définir ces Standards sur le bien-être animal. Ils tiennent compte non seulement des dernières recherches scientifiques, mais également de la législation, des normes en vigueur, des meilleures pratiques de gestion et des recommandations provenant de différents secteurs. 

Cartographier la chaîne d’approvisionnement


Afin de réaliser son ambition, Kering met continuellement à jour une cartographie des labels de l’agroalimentaire qui correspondent à ses Standards en termes de bien-être animal et de protection de l’environnement, en s’adossant à des standards existants au niveau des élevages comme des abattoirs. Une approche qui permet de créer des liens entre les chaînes d’approvisionnement du cuir et de l’industrie alimentaire. 


Pour les fibres telles que la laine ou le cachemire, Kering s’appuie à la fois sur des audits réalisés en propre et sur des certifications tierces garantissant le bien-être animal dans les élevages et au long de la chaîne de valeur.

Le projet cachemire

En Mongolie, Kering s’est associé en 2014 à la Wildlife Conservation Society pour donner naissance au South Gobi Cashmere Project. L’objectif : aider les éleveurs à réduire l’impact de la production de cachemire dans le sud du désert de Gobi en améliorant leurs pratiques d’élevages de chèvres. Le Groupe travaille main dans la main avec des éleveurs et des ONG pour améliorer le bien-être des troupeaux mais aussi optimiser la qualité des fibres, la gestion des pâturages et la préservation de la biodiversité locale.

La laine responsable

Dans la région des Abruzzes, en Italie, le Groupe travaille avec des coopératives d’éleveurs de moutons et réalise des audits afin de s’assurer que leurs pratiques sont alignées avec ses Standards sur le bien-être animal. En parallèle, Kering œuvre à ce que ces éleveurs puissent progressivement mettre en place des certifications tierces telles que le Responsible Wool Standard (RWS) de Textile Exchange pour la laine.

Impliquer nos parties prenantes 

Assurant déjà les cinq libertés fondamentales des animaux telles qu’énoncées par le Farm Animal Welfare Council en 1992, Kering poursuit une recherche d’amélioration constante en collaborant activement avec l’ensemble des parties prenantes impliquées, comme Compassion in World Farming (CIWF), Royal Society for the Prevention of Cruelty to Animals (RSPCA), Welfarm, OABA, South African Ostrich Business Chamber, ou encore South East Asian Reptile Conservation Alliance (SARCA).

 

 

Inspirer l’industrie


Parce que le changement doit se produire à grande échelle, Kering et ses Maisons soutiennent de nombreuses organisations œuvrant à l’amélioration du bien-être animal dans le secteur du luxe et participe à plusieurs initiatives collectives.  


Kering travaille ainsi avec Textile Exchange, contribuant au développement d’un benchmark des certifications existantes dans les chaînes d’approvisionnement du cuir et à la mise en place d’un mécanisme de rétribution des acteurs les plus vertueux en termes de bien-être animal et de respect de l’environnement. 


Le Groupe fournit également son expertise à plusieurs initiatives dans le secteur de la laine visant à développer des certifications et des modes de production de laine durable, comme le Responsible Wool Standard, le Responsible Mohair Standard et le Responsible Alpaca Standard.


Enfin, au sein du projet Paris Good Fashion, Kering coanime avec le Conseil National du Cuir (CNC) un groupe de travail sur la bientraitance animale réunissant plusieurs acteurs de poids des secteurs de la mode et du luxe français.